Elle est belle cette caravane dans cette belle médiathèque toute propre et toute neuve il est beau ce projet un écrivain dans une petite caravane les deux tombés du ciel comme par magie dans le hall de la grande médiathèque toute propre et toute neuve.

Il fait peur là en vrai ce projet quand il n’est plus une simple suite de mots sur un papier quand il n’est plus juste imaginé sourire aux lèvres entre gens de chouette compagnie devant un bon café.

Il fait peur j’ai peur en fait oui j’ai peur il y a du monde en fait beaucoup c’est cela qui fait peur.

- eh m’sieur c’est quoi vous faîtes là ?

Je le savais.

(Devant le café en chouette compagnie)

Je ne sais plus j’ai les mains moites le cœur mitraillette pourquoi j’accepte toujours ce genre de projets moi pourquoi je ne me contente pas de rester chez moi ?

- Je suis écrivain.
- Z’êtes connu ?
- Heu
- Z’êtes pas
- Comment te dire ?
- Ca se voit.

C’est vrai, jeune homme je ne suis pas connu alors je me présente :
Je suis Sylvain levey auteur de théâtre contemporain
Pourquoi contemporain ?
Parce que je suis vivant j’essaye

C’est un peu court comme explication bien sûr je vais réfléchir à t’en dire plus la prochaine fois disons pour acceptons le fait pour le moment que je suis auteur de théâtre contemporain ou écrivain on peut dire aussi j’aime bien dire écrivain.

Je suis né en région parisienne de l’autre côté à l’ouest il y a trente cinq ans déjà j’ai vécu à Sartrouville d’abord puis à Rennes en Bretagne j’habite en ce moment entre les cailles de la butte et les chinois du quartier dans le treizième quoi le treizième de quoi de Paris qui en compte vingt j’écris du théâtre parce que je suis comédien je suis de cette espèce en voie de désintégration qu’on appelle encore les intermittents du spectacle le vrai celui qui est vivant pas pour longtemps les chasseurs ont la gâchette facile et la bave aux lèvres depuis quelques temps

- Vous écrivez du théâtre alors.
- Oui madame
- Moi aussi j’écris
- C’est une belle occupation madame
- Ca rime et c’est beau ce que j’écris c’est comme Verlaine et Rimbaud. C’est ce qu’on m’a dit. On m’ dit que j’écris comme eux
- Moi j’écris comme je peux quand je peux
- Parce qu’un écrivain ça n’écrit pas tout le temps ?
- Pas le mien.
- Elle est sympa votre caravane

C’est vrai qu’elle est sympa je suis bien ici moi je commence à me sentir chez moi dans cette caravane

- Eh m’sieur y’a la télé dans la caravane ?
- Non
- Ah pas de chance
- Chez moi non plus je n’ai pas la télé
(silence)
- Vous z’avez pas de télé !
- Non
- Et vous quoi le soir quand vous rentrez ?
- Je me suis jamais posé la question à vrai dire
(silence)
- Au revoir m’sieur
- Au revoir jeune homme

Il part

Il revient
- eh m’sieur
- Oui
- Ce sera possible d’venir écrire avec vous la prochaine fois
- Oui
- Du slam c’est possible
- Oui
- Mais moi je sais pas trop écrire
- Tu connais ton alphabet ?
- Oui
- Alors OK.

A vous jeune homme,à vous madame je sais pourquoi je suis là parce que nous sommes des êtres vivants et c’est ça le plus important.